Les découvertes pétrolières du Suriname sont un motif de célébration, mais seulement si nous appliquons des leçons pour que cela fonctionne pour tous (Par Clarence Seedorf et NJ Ayuk)

célébration Suriname

Le Suriname a mis en place un régime favorable aux producteurs que l’industrie pétrolière et gazière a rapidement remarqué

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 1 février 2021/ — Par Clarence Seedorf (président, Black Impact Foundation) et NJ Ayuk (président, Chambre africaine de l’énergie [www.EnergyChamber.org])

Il ne fait aucun doute que la pandémie de la COVID-19 a bouleversé les marchés mondiaux de l’énergie. Le pétrole et le gaz ont indéniablement été l’une des industries les plus durement touchées, les prix ayant encore du mal à rebondir après l’effondrement de la demande au cours du premier trimestre de 2020. Couplé aux préoccupations croissantes concernant le changement climatique et ses effets sur la production d’énergie conventionnelle, il semble difficile de garder espoir.

Mais il y en a un, et c’est le Suriname.

Dans l’année qui a suivi le début du coronavirus en Chine, les eaux riches en ressources au large de la nation sud-américaine sont devenues la cible d’une activité de forage accrue, et un nombre croissant de producteurs tentent de saisir le potentiel de la région.

En avril dernier, par exemple, Apache Corporation et Total ont signalé une importante découverte pétrolière offshore. Le puits Sapakara West-1 était en fait la deuxième découverte d’Apache-Total dans le bloc 58 de 1,4 million d’acres; ils ont fait la première découverte offshore du Suriname au puits d’exploration Maka Central-1 à proximité en janvier 2020. En fait, Apache est tellement convaincu de la promesse que cette région tient qu’elle a abandonné ses plates-formes du Permian Basin au Texas pour se concentrer davantage sur le Suriname. Et si Apache et Total ont peut-être été parmi les premiers à réussir leurs forages au large du Suriname, ils ne sont clairement pas seuls. Exxon Mobil et Petronas ont annoncé une découverte en décembre 2020 et Shell a acheté les participations de Kosmos Energy dans la région.

Une politique fiscale favorable

Avec le US Geological Survey évaluant le potentiel de ressources du bassin Guyane-Suriname à plus de 13 milliards de barils de pétrole – et seulement 26 puits actuellement en place – il ne fait aucun doute pourquoi les majors et les indépendants sont attirés par la région.

Mais ce qui rend le forage au large du Suriname encore plus attrayant, c’est l’environnement commercial favorable qui est vanté sous la direction du président Chan Santokhi, qui a pris ses fonctions l’année dernière.

Le Suriname a mis en place un régime favorable aux producteurs que l’industrie pétrolière et gazière a rapidement remarqué. Les accords de partage de production de 30 ans du Suriname sont considérablement plus longs que ceux proposés par les pays voisins, ce qui laisse aux compagnies pétrolières plus de temps pour accélérer leurs activités et continuer à produire. Le Suriname prend également une moindre part des recettes par rapport à ses voisins. Grâce à un coût de production globalement plus faible, les sociétés pétrolières peuvent atteindre une rentabilité même si le pétrole se négocie entre 30 et 40 dollars le baril.

Ce sont toutes de très bonnes nouvelles, en effet. C’est précisément le genre de stratégie qui est nécessaire aujourd’hui pour attirer les sociétés pétrolières internationales (IOC), et nous encourageons les pays africains à suivre l’exemple du Suriname.

Ce qui reste incertain, c’est comment le Suriname gérera les opportunités et les revenus potentiels découlant de sa prime d’hydrocarbures. Va-t-il prendre l’exemple du Ghana, de la Norvège, de la Guyane, de Trinité-et-Tobago et d’autres pays qui exploitent la richesse des ressources naturelles pour aider la population locale ? Et comment éviter les erreurs des États pétroliers qui ont vu leurs richesses remplir principalement les poches des entreprises étrangères ?

Nous plaidons pour que le Suriname exploite le pouvoir de transformation du pétrole et du gaz. Nous voulons voir les gens ordinaires bénéficier de ces découvertes pétrolières majeures. Nous envisageons la richesse pétrolière menant le pays sur une voie durable et rentable. Fondés sur les meilleures pratiques du monde entier – comme indiqué dans le livre de M. Ayuk, « Des milliards en jeu : L’avenir de l’énergie et des affaires en Afrique » – nous aimerions que les dirigeants, la société civile et les entreprises du Suriname envisagent un plan intégrant un contenu local, les femmes, une gouvernance améliorée, etc.

Impacts au niveau local

Concentrons-nous d’abord sur la manière dont l’industrie pétrolière et gazière peut soutenir le développement économique grâce au contenu local, car cela a des conséquences considérables. Comme expliqué dans le livre de M. Ayuk, les politiques de contenu local sont dérivées d’une philosophie simple : les ressources naturelles d’une nation appartiennent au peuple, donc le peuple doit bénéficier de son développement. Dans une large mesure, cependant, les travailleurs autochtones et les industries d’approvisionnement n’ont pas historiquement récolté le genre de récompenses économiques et sociales auxquelles on pouvait s’attendre.

Mais de plus en plus, les entreprises adoptent des initiatives de contenu local plus fortes dans les entreprises hôtes. Cela inclut ExxonMobil en Guyane.

Dans le secteur du pétrole et du gaz, les progrès ne se font pas du jour au lendemain. Y compris l’exploration, les découvertes au large des eaux de Guyane se sont préparées depuis 10 ans. Mais dès le départ, ExxonMobil et ses sous-traitants directs ont donné la priorité à l’embauche locale. Au moment où la production dans le bloc Stabroek a commencé en décembre 2019, 1700 Guyanais faisaient partie de la base de la société, représentant en fait plus de la moitié de la main-d’œuvre locale totale. Depuis la première huile en 2015, ExxonMobil et ses sous-traitants directs ont dépensé 180 millions de dollars avec plus de 630 fournisseurs locaux, mettant le feu à l’économie. Les prédictions du Fonds monétaire international (FMI) selon lesquelles l’économie de la Guyane augmenterait de 86% en 2020, contre seulement 4,4% un an plus tôt, sont actuellement testées par l’épidémie de coronavirus. Cependant, un retour éventuel au statu quo pourrait encore se traduire par une croissance économique et du produit intérieur brut sans précédent.

Malheureusement, nous ne pouvons pas toujours compter sur les entreprises pour qu’elles fassent suffisamment de choses sans encouragement et sans des réglementations qui protègent contre l’exploitation. Les gouvernements qui créent des réglementations claires et raisonnables sur le contenu local, développent des corridors de ressources et des zones économiques spéciales, accordent des allégements fiscaux, comblent les lacunes de compétences et créent un cadre solide pour les partenariats industriels peuvent aider les sociétés pétrolières et gazières à faire progresser les pratiques de contenu local.

Dans un nombre croissant de pays, le contenu local n’est pas laissé au hasard ou à la bienveillance. Par exemple, en 2010, le président par intérim Goodluck Jonathan a signé le projet de loi de 2010 sur le développement du contenu local de l’industrie pétrolière et gazière nigériane. Conçue pour renforcer les capacités des entreprises autochtones, la loi obligeait les sociétés pétrolières en amont à offrir des possibilités de participation aux entreprises et aux travailleurs locaux. Cela comprenait des liens en amont grâce à l’achat de matériaux produits localement.

D’autres pays, dont le Koweït, l’Iran, l’Irak, Bahreïn, Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU), ont tous intégré des exigences de contenu local dans leurs cadres juridiques par le biais de diverses voies, y compris la législation, la réglementation, les directives, et les pratiques d’appel d’offres. Comme le note Des milliards en jeu, la Tanzanie a besoin d’un plan de succession où les travailleurs étrangers seront remplacés par des nationaux. Le gouvernement du Ghana n’autorisera une entreprise à être qualifiée d ‘« indigène » que lorsque 80% de ses cadres et cadres supérieurs sont des citoyens ghanéens.

L’emploi n’est cependant qu’un domaine dans lequel le contenu local est légiféré. Pour soutenir les programmes de formation contrôlés par l’État pour le personnel indigène, le gouvernement angolais prélève une taxe sur les sociétés de production, de raffinage et de transformation de pétrole égale à 0,15 USD par baril produit. Les entreprises engagées dans la prospection doivent contribuer un montant fixe annuel de 100 000 dollars; pour les entreprises en phase d’exploration, ce chiffre grimpe à 300 000 dollars.

Stratégie globale

Le développement du contenu local est essentiel, mais ce n’est qu’une partie de ce que le Suriname doit faire pour tirer parti de sa nouvelle richesse en ressources d’hydrocarbures. Nous pensons que les dirigeants doivent également :

  • Établir des politiques de diversité de genre pour les industries extractives. Je pense que nous pouvons tous convenir qu’il y a un grave manque de femmes travaillant dans le pétrole et le gaz à tous les niveaux, mais en particulier dans des rôles de direction, et cette pénurie est préjudiciable aux entreprises ainsi qu’aux pays où elles opèrent. Mais le gouvernement du Suriname n’a pas à se soumettre à la même norme. Le pays peut exiger que les entreprises travaillant à l’intérieur de leurs frontières embauchent des femmes, les rémunèrent équitablement, utilisent des fournisseurs et des sous-traitants appartenant à des femmes, fournissent des protections adéquates pour les congés familiaux et créent une éducation et une formation pour les filles et les femmes.
  • Assurer une gouvernance solide. La compagnie pétrolière nationale Staatsolie devrait suivre l’exemple de la Guyane et créer un organisme de réglementation de l’industrie pétrolière et gazière, se retirant de tout rôle de surveillance. En outre, le Suriname doit refuser de permettre à la corruption et à l’autoritarisme de continuer à l’intérieur de ses frontières. Ce n’est guère un problème isolé. Comme l’indique le livre de M. Ayuk, pendant la période de 2000 à 2011, les prix élevés du pétrole et du gaz ont propulsé la croissance économique de l’Afrique à de nouveaux niveaux. Pourtant, la majeure partie de l’argent n’est jamais parvenue au peuple. Au lieu de cela, il a été siphonné par les élites politiques via des sociétés écrans. Le monde regarde comment le Suriname gérera ses revenus pétroliers, d’autant plus qu’il rebondira après la crise économique de 2017-2018.
  • Promouvoir l’industrialisation. Le Suriname peut prendre exemple de la Trinité-et-Tobago. L’industrie robuste du gaz naturel et les stratégies de monétisation de ce pays jumeau ont permis le développement d’un secteur manufacturier solide, y compris la zone industrielle du port de Point Lisas. Pendant des décennies, les vastes réserves de gaz naturel de Trinité-et-Tobago n’ont été considérées qu’un moyen bon marché de maintenir en activité ses installations de production de pétrole, de raffinage et de production d’électricité. Avec le port de Point Lisas, Trinité-et-Tobago attire maintenant des utilisateurs de gaz naturel qui consomment de grandes quantités pour les industries d’exportation et en aval. Dans le cas du Suriname, le pétrole peut être utilisé comme matière première pour la pétrochimie, créant des emplois et injectant des liquidités dans l’économie nationale.
  • Former des partenariats stratégiques avec les pays voisins. La Trinité-et-Tobago a également été un important exportateur de gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance des zones extracôtières. Mais lorsque la production a commencé à baisser, le pays a cherché une nouvelle source d’approvisionnement pour ses usines de GNL, qu’il a trouvées au large du Venezuela. Un accord de 2007 entre les deux nations permet l’exploitation transfrontalière des réservoirs.

Appliquer les leçons apprises

Le Premier ministre de la Trinité, M. Keith Rowley, a récemment déclaré que les Caraïbes « sont annoncées comme la prochaine grande province pétrolière et gazière », et les découvertes en Guyane et au Suriname renforcent encore sa revendication. Mais pour tirer pleinement parti des opportunités économiques qu’ils présentent, le gouvernement surinamais, les citoyens, la société civile et le monde des affaires doivent appliquer les enseignements tirés d’autres domaines et prendre en compte l’expertise de ceux qui ont aidé ces nations à réaliser leur potentiel. Ce n’est qu’alors que le peuple du Suriname pourra être assuré que la célébration autour du nouveau pétrole les inclut également.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *