Le confiseur Michoc se met lui aussi à l’énergie verte

Cinq ans après son principal concurrent, le confiseur Michoc se met également à l’énergie verte. En effet, le roi marocain de la sucette a investi plus de 10 millions de dirhams dans une installation de plaques photovoltaïques d’une capacité de près d’un 1 MW. L’objectif d’un tel investissement, est d’économiser près de 20% sur la facture énergétique de l’unité industrielle casablancaise de cette PME et qui s’étend sur 15.000 m² en aire de production et enceinte de stockage.
L’entité contrôlée par la famille Berrada depuis sa création en 1997, réalise non seulement une économie substantielle de ses frais énergétiques, mais s’inscrit également dans le cadre du développement durable. Elle peut également se prévaloir d’une telle action auprès de ses clients étrangers, sachant qu’aujourd’hui de plus en plus d’acheteurs européens et américains exigent de leurs fournisseurs des labels de toutes sortes qui attestent d’une démarche écoresponsable. Un atout non négligeable, pour un industriel qui réalise plus de 30% de son chiffre d’affaires à l’export.
Rappelons que Michoc est leader au Maroc dans la fabrication et la commercialisation des confiseries dont elle dispose de la plus large gamme sur le marché: Sucettes, bonbons durs, pâte à mâcher, Bubble Gum, Chocolats, Reglisse et gélifiés. En 2019, cette PME a réalisé un chiffre d’affaires de 423 millions de DH pour une marge opérationnelle de 24 millions de dirhams. Sur un marché global (hors biscuiteries) des plus fragmentés et qui est estimé à près de 1,5 milliard de DH, le duo Michoc et Maghreb Industrie domine largement les débats en s’accaparant plus de 50% des parts de marché, alors que les principaux challengers, en l’occurrence Finetti et Kool Food Maroc, ont connu de graves difficultés au cours des dernières années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *