CUMMINS MAROC : Le retour de Mehdi Tibri ou l’histoire d’un fidèle serviteur !

Renoncer à des privilèges et une carrière pourtant prometteuse dans l’Hexagone pour embrasser l’inconnu d’un retour au pays natal, avec pour seule raison dans la balance celle de retrouver les siens. Ce n’est pas une fable de la Fontaine, mais l’histoire de Mehdi TIBRI, actuel DG de CUMMINS MAROC.

Bien sont ceux qui partent et reviennent, c’est connu. Mais revenir au détriment d’une position sociale enviée et fort plaisante dans le vieux continent, est quelque chose que peu arrivent à accomplir. Mehdi TIBRI est au nombre de ces personnes d’exception.

En effet quand il revient en 2009, l’homme qui est devenu par la force de son travail, le tout premier Directeur général local de Cummins North Africa Regional Office, laisse derrière lui plusieurs avantages et privilèges liés à sa fonction de Coordinateur des achats à Renault-Nissan. Le dernier poste qu’il a occupé au sein du consortium Franco-nippon où il débuta en comme Consultant, puis Ingénieur R&D.

A vrai dire, ce lauréat de la promotion 2000 de l’école nationale supérieure d’électricité et de mécanique de Nancy, flanqué d’un MBA obtenu en 2004 à l’Institut d’Administration des Entreprises de Paris, n’a pas pu résister à l’appel des siens. Effectivement, l’homme a plié bagage pour rentrer et « être à côté des parents qui prenaient de l’âge » comme il l’explique. Cependant Mehdi bouillait également d’envie de « participer au développement du Maroc et apporter une valeur ajoutée en mettant à contribution l’expérience acquise », ajoute t-il souriant.

Une fois sur place, c’est à la prestigieuse Agence spéciale Tanger Med (TMSA) qu’il posera ses valises. Convaincre les multinationales à s’installer sur la plateforme industrielle de Tanger Med (qui venait d’ouvrir) fut l’une des premières missions qui lui sera confiée. Missions qu’il accomplit d’ailleurs avec un succès si retentissant qu’il attira, indépendamment, sur lui la convoitise de ces multinationales. En 2012 il intègre l’équipe du motoriste américain Cummins en qualité de Responsable développement du service Afrique, puis Directeur régional en 2014, avant d’être porté en 2018 à la tête de la première filiale de distribution du groupe dans cette région du continent.

Aujourd’hui, l’époux de 42 ans et père d’un garçonnet, ne regrette absolument pas le choix fait douze ans plutôt. Il ne cache d’ailleurs pas sa satisfaction d’avoir pu déjà réaliser une partie de ses ambitions. Mehdi veut comme certains autres de ses pairs démontrer à la jeunesse africaine en général, et marocaine en particulier, qu’il est possible d’atteindre les plus hauts sommets à travers la formation et le coaching.

D’où toute son abnégation au travail. Un acharnement qui porte, à sa plus grande joie, des fruits. Il  a déjà à son actif le partenariat avec l’OCP pour la création  d’un “Master Rebuild Center“ des moteurs haute puissance de Cummins.  « Ce partenariat soutenu par les Leaders de Cummins à tous les niveaux, est le résultat d’un travail d’équipe qui a duré plus de 04 années et qui a associé des experts de Cummins répartis sur les 05 continents.

A travers l’investissement de Cummins au Maroc, nous obtenons ainsi un transfert de savoir-faire avec à la clé la création d’emplois. Cela a été rendu possible, grâce à l’ensemble des employés de Cummins au Maroc qui ont démontré des compétences de haut niveau et qui ont développé une expertise pointue, chacun dans son domaine », explique t-il  avec un air enthousiaste, avant de renchérir  joyeux « cela permet une contribution directe au développement de la société».

En tout état de cause, Mehdi TIBRI est l’une de ses valeurs sûres dont le Royaume peut être fier, un fin patriote. Et quand avant de le quitter nous lui posons la question de savoir sa prochaine destination, l’homme sursaute, le regard métallique et d’une voie d’acier, répond énergiquement:

« Servir le Maroc en contribuant à son développement». Que dire de plus: Marhaba Mehdi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *