Autoproduction de l’électricité MAROC vs TUNISIE

Depuis 2010, la Tunisie promeut l’autoproduction d’électricité par les énergies renouvelables, notamment l’énergie solaire photovoltaïque. Depuis, le pays a mis en place un cadre réglementaire et incitatif qui a été amélioré au fil des années. Ce qui tranche nettement avec ce que propose l’avant-projet de loi sur l’autoproduction porté par le ministère de l’Energie.


En Tunisie, le cadre réglementaire sur l’autoproduction stipule, entre autres, que le secteur résidentiel et des établissements et groupements d’établissement exerçant dans les secteurs industriel, agricole ou tertiaire, sont autorisés à produire l’électricité pour leur consommation propre à partir de l’énergie solaire photovoltaïque tout en bénéficiant du droit de vente des excédents d’énergie électrique produite à la Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG). Cerise sur le gâteau : une prime de 30% du coût de l’investissement avec un plafond de 3.000 dinars par kilowatt crête de puissance et 15.000 dinars par installation photovoltaïque, a été mise en place. De plus et afin d’assurer les conditions permettant la diffusion des bâtiments solaires dans le secteur résidentiel, la Tunisie a mis en place le projet PROSOL ELEC qui s’appuie sur un mécanisme incitatif ciblant les clients résidentiels de la STEG souhaitant s’équiper par des installations solaires photovoltaïques pour couvrir partiellement leurs besoins en énergie électrique. Ces subventions consistent à une subvention du Fonds national de la maitrise de l’énergie (FNME) représentant 30 % du coût de l’investissement de l’installation photovoltaïque et plafonnée à 3.000 dinars par KWc, une prime supplémentaire de 10 % du coût de l’investissement accordée par le ministère italien de l’Environnement (MIE) à travers le Mediterranean Renewable Energy Centre (MEDREC), un crédit d’une durée de 5 ans pouvant atteindre 3.000 dinars par KWc, accordé par la filiale tunisienne d’Attijariwafa bank, Attijari bank et remboursable sur la facture STEG, sans compte une bonification de la totalité du taux d’intérêt du crédit, soit l’équivalent d’une prime de 5% du coût de l’investissement servi par le MIE.


Si au Maroc, l’avancement du projet de loi sur l’autoproduction d’électricité stipule que la demande du raccordement de l’installation en autoproduction au réseau sera soumise à l’approbation des directions respectives du réseau d’électricité national de transport et du réseau de distribution d’électricité au cas où la demande concerne la basse tension, en Tunisie, celle-ci est faite uniquement auprès de la STEG.


Aussitôt le contrat est signé, le compteur est installé dans le cas d’une industrie. Concernant les ménages et les petites installations, ils n’ont même pas besoin de changer leurs compteurs, contrairement au nouveau texte qui exige l’installation d’un compteur intelligent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *