Eclairage avec Monsieur Patrice Eschasseriaux, Eclairagiste et Concepteur de mise en Lumière, SARL Light Stage M, installé à Rabat

La lumière permet de voir et de faire voir!

Éclairagiste et concepteur de mise en lumière depuis 1967, entrainé par sa passion, ayant vécu depuis les différentes évolutions de la lumière, depuis le basculement du cinéma noir et blanc au cinéma en couleurs, ensuite, à l’ORTF, où il s’est fortement engagé dans l’application de la lumière pour les captations de la télévision devenant en couleur. Et, ça fait presque 15 ans qu’il est devenu électron libre au sein de l’écosystème analysant et travaillant la lumière dans tous ses états, désireux de transmettre. C’est ainsi que se présente, Monsieur, Patrice Eschasseriaux, aux lecteurs du Magazine Electra Maroc pour aborder la question du phénomène physique: la lumière, et où se situe-elle au regard des habitudes de la consommation d’une part, et par rapport au contexte technologique de nos jours: la LED, entre autre.

La LED, une technologie en fulgurante évolution

La LED a connu une révolution importante durant les toutes dernières années. D’ailleurs, dans certains catalogues de grands fabricants mondiaux, il y a maintenant que des appareils avec la source LED qui sont proposés, relativement au passé récent où les propositions étaient très réservées. En outre, en termes de qualité, il existe toujours des variantes à prendre avec des pincettes, ce qui fait appel aux choix judicieux à entreprendre. Un état de fait qui interpelle la notion du choix en ce qui concerne la LED. On y voit de tout et il faut comprendre ce qui fait la différence.

En effet, une présentation pédagogique s’impose lorsqu’il s’agit de présenter le choix de la LED, à titre d’exemple, aux responsables territoriaux qui doivent voter un tel ou tel projet, et ou, aux investisseurs et aux manageurs d’hôtels et de commerces en particulier, où les retours sur investissement sont les plus attendus et le mieux réussi. Les atouts de la led par rapport aux autres sources, l’usage de la LED, les différences techniques et économiques entre les variantes budgétaires possibles qui peuvent être profitables ou nuisibles. Les nouvelles possibilités qu’on peut faire avec. La prévision budgétaire à long terme qu’il faut prévoir entre l’entretien et le nouvel investissement qu’il faut prévoir en fin de vie.

La LED permet un retour sur investissement par rapport au coût d’entretien d’une installation classique en moins de cinq ans, voir plus rapidement. Ce qui permet d’imaginer un nouvel aménagement avec de nouveaux matériels au bout de ces délais. Le retour sur investissement se réalise principalement au niveau de la consommation, des interventions d’entretien qui demandent souvent des immobilisations et des moyens coûteux, ainsi que de l’économie de la puissance, qui, dans le tertiaire est nécessaire puisque, outre l’économie de la consommation intrinsèque, la LED permet de tirer vers le bas la consommation qui découle de la climatisation.

Parmi les avantages que permet la LED, est celle de la diversité de choix en matière d’intégration, de température réduite, et de réduction du caractère subjectif de la lumière impactant les perceptions, en les tendant vers la neutralité. Aujourd’hui, il y a des priorités qu’il ne faut pas omettre, il s’agit de la longévité de notre environnement, ce qui fait que la question de la consommation et du recyclage est inéluctable.

La led permet de créer des ambiances sur mesure, de concevoir des luminaires décoratifs innovants.
La lumière agit, en outre sur l’esprit et le corps. De ce fait, son usage doit se faire avec du bon sens. Elle permet de voir, de faire voir, de signaler, d’influencer de soigner et aussi de détruire.

La LED au Maroc: question de choix et de perspectives

Dans le domaine de l’éclairage public, on ne voit pas de grandes stratégies sur le terrain, ayant pour cibles: l’efficacité énergétique, l’économie d’énergie et la protection environnementale. Il faut rappeler que pour ces points de vue, il faut un arsenal de réflexion, dont le socle est la problématique de la maîtrise du choix. Notamment celle du concept, qui, elle, implique que les réponses raisonnées qui s’adaptent minutieusement aux besoins exprimés, d’une part et d’autre part, aux particularités du site à éclairer. Ensuite, il y a aussi le choix du matériel à utiliser, le strict besoin en niveau d’éclairement, la consommation tolérée, l’entretien et la pérennité. La LED, à présent, est une technologie, qui permet de satisfaire les besoins relatifs à l’efficacité énergétique et à l’économie d’énergie dans un large choix esthétique.

Lorsqu’on parle aussi de politique relative à l’éclairage, c’est d’abord savoir: Qu’est-ce que la lumière, pourquoi on éclaire et comment on éclaire, engager un projet de mise en lumière. Pour l’éclairage public on appelle ça un schéma directeur, ou plan lumière donnant de l’intérêt aux investissements suivant les engagements et les objectifs viables. En clair: maîtriser la lumière, maîtriser les moyens, maîtriser les coûts. Harmoniser les ambiances, la lecture de la lumière, respecter l’environnement, éviter toutes pollutions lumineuses, améliorer le confort et la qualité visuelle, et donner une identité visuelle. On n’éclaire pas de la même façon une voie routière en milieu rurale qu’une avenue commerciale en milieu urbain et d’une zone résidentielle. En outre, utiliser, de nos jours, les lampes au sodium, diffusant un éclairage mono chrome est un non-sens, nous confie l’expert. Les sources led ont aujourd’hui le même rendement voir plus, adaptées dans des appareils de meilleure efficacité, de durée de vie plus longue, plus sécuritaires. Les sources led peuvent aussi être intégrées dans un programme de gestion centralisée, et adaptée l’éclairage aux besoins et usages, bref des économies certaines avec une meilleure protection de l’environnement.

Il est vrai que l’investissement peut être perçu comme lourd à tenir au début, mais il faut aussi raisonner sur le long terme, parce que la LED de qualité permet le retour sur investissement en moins de 5 ans. Outre l’esthétique, la LED, de manière particulière, répond simultanément à l’exigence d’éclairer pour sécuriser ainsi qu’à la rationalité de l’investissement économique sur le long terme.

Un autre point qu’il est important d’aborder, c’est celui de l’information des installateurs. En vue de comprendre comment fonctionne électriquement les appareillages LED, leur branchement, les installateurs sont tenus de connaitre tous les types de matériel, les nouvelles méthodes de branchement et les particularités à respecter. Une documentation étoffée et des séminaires de sensibilisation s’imposent sur cette évolution, suggère Monsieur Patrice Eschasseriaux. La compréhension de la lumière et la technicité des appareillages LED doit être intégré dans la formation des professionnels d’études et d’installations.

Il s’agit de rappeler que ce qui spécifie la LED au Maroc par rapport à d’autres pays, c’est bien l’effet de la température ambiante relativement élevée, qu’elle supporte mal. De ce fait, il est important de se rapprocher au choix optimal en ce sens, particulièrement, en matière de qualité LED, de son intégration mécanique et d’éléments d’alimentation et de protection liées dans les appareils.

Dans le même registre, il est important de rappeler que l’initiative du Magazine Electra Maroc est une première très utile, de par sa fiabilité. Elle permettra d’ouvrir un débat constructif sur cette thématique d’actualité. Puisque, seul des débats fructueux, entre les acteurs de la filière, permettront de faire des avancées en la matière, félicite-t-il pour finir.

Attachment

Leave a Comment

loading